free site builder
Mobirise

Mars

Cela fait longtemps que notre fragilité humaine n’a pas été exposée de façon si nette.


Un virus inconnu, avec un taux de mortalité plus élevé que les maladies que nous connaissons bien, et qui se répand vite, voilà de quoi inquiéter. 


C’est un peu comme si on vivait tranquillement sur un immense pont super-moderne, bâti au-dessus d’un ravin tellement profond qu’on ne voit même pas le fond. Ce pont, c’est la société que nous avons construite ; le ravin, c’est la mort et le chaos. Notre pont semble de belle faction, hyper solide : nous avons banni un grand nombre de maladies, nous sommes riches et confortables, et nous avons organisé la société de telle sorte qu’on peut planifier des années à l’avance des vacances et autres agréments et délectations. On peut oublier le ravin. Puis, boum : un des piliers du pont s’ébranle. On se souvient qu’on vit tous suspendus au-dessus du vide. 


Mais pour le chrétien, ce vide est plein. Il a été comblé par Jésus Christ qui a plongé tête la première dans la mort, et qui en est remonté plein de vie, explosant de vitalité, ressuscité à jamais, conquérant pour toujours notre peur de ce vide abyssal. Le vide n’est plus vide, alors il ne fait plus peur. Et Jésus nous demande à chacun de faire le plongeon avec lui ! Non pas au sens littéral bien sûr, mais dans notre coeur : quitter notre pont avec ses fausses sécurités, et le suivre dans ce saut, avec la confiance qu’il nous rattrapera et portera au quotidien, et qu’il nous conduira à travers ce ravin, vers une destination bien meilleure. Cette destination, c’est l’inconnu d’une journée pleinement vécue avec lui et pour lui ; et le semi-connu d’une éternité à ses côtés. Semi connu parce qu'il est ressuscité et il nous a montré à quoi ça ressemble ! 


Au lieu d’attendre le jour où notre pont individuel s’écroule, au lieu de repousser l’idée et vaquer à nos occupation comme si de rien n’était, faisons ce saut dans le plein.

Janvier

Une nouvelle décennie s’ouvre… sur quoi ? Des guerres déclenchées par l’orgueil humain ? Un réchauffement climatique qui échappe à tout contrôle ? Un climat social français qui reste dans la grogne ? Des avancées technologiques qui dépassent également notre capacité à les maîtriser ? Si on compare les prévisions optimistes du temps du début de l’internet et des réseaux sociaux, où on entrevoyait un monde idéal de démocratie, de partage, d’échanges bienveillants… et ce qu’on voit aujourd’hui, force est de constater qu’internet ne fait que renforcer les mauvaises tendances présentes dans l’homme. Notre technologie ne nous améliore pas ; au contraire.
Au milieu de ces mauvaises nouvelles, il y a toujours une bonne. Il y a un Dieu qui a créé l’univers et qui sait ce qu’il fait. Il a laissé une liberté immense à l’homme, son “intendant” et représentant sur terre ; mais ce temps de liberté prendra fin un jour - peut-être bientôt. Dieu va rétablir sa création initiale et restaurer les êtres humains qui lui font confiance. Une nouvelle ère va s’ouvrir, une ère ou le mal est définitivement éradiqué. Il a donné un signe pour que nous puissions croire en cette promesse : un homme mort sur une croix, signe de l’amour immense de Dieu pour les êtres humains, et qui est revenu de la mort 3 jours après - pour être le premier à entrer dans cette vie nouvelle qui nous attend.
Confiance donc !
On vous invite à explorer la communication que Dieu nous a faite en particulier le 26 janvier, lorsque nous examinerons la question : “Peut-on faire confiance à la Bible ?”

Décembre

Je suis heureuse de pouvoir, pour la première fois, passer Noël à Strasbourg. Je suis impatiente de déambuler dans les rues illuminées, dans le marché de Noël, de voir ces milliers de lumières et de paillettes, et ressentir l’effervescence et l’ambiance d’attente d’ouvrir les cadeaux, sentir l’odeur du vin chaud et du pain d’épices. 
Mais il y a 2000 ans c’est loin des lumières, des paillettes et des papiers cadeaux que le plus beau des dons nous a été fait. Pour beaucoup de français, Noël n’est rien de plus qu’une fête commerciale. Certes, c'est aussi un moment en famille et où on s’échange des cadeaux... mais qui a perdu son sens premier. LE cadeau ! Le Premier Cadeau offert à Noël ! La venue de Dieu sur terre. 
Irwin James, l’un des 12 hommes qui ont marché sur la lune a déclaré : 
“La plus grande chose dans l’histoire de l’humanité n’est pas l’homme qui a marché sur la lune, mais c’est Dieu qui a marché sur la terre en la personne de Jésus Christ.”
Et c’est ce que nous souhaitons nous rappeler à Noël : ce magnifique don de Dieu, le plus beau cadeau en Jésus Christ. C'est pourquoi non pas uniquement en tant que "chrétien", mais surtout en tant que disciple voulant imiter le Fils, nous voulons vivre ce cadeau, en mettant en retour nos dons et nos capacités au service de son royaume.
Cette année notre fête de Noël a pour thème VIVRE LES DONS ! Cela peut être autant une invitation à vivre les "dons de l’Esprit", qu'une invitation à vivre comme servantes et serviteurs de Christ et de notre prochain. Un texte biblique dit, « Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. » (Actes 20.34) : c’est ce que nous voulons vivre chaque jour de notre vie - et à travers cette fête, donner en particulier à nos invités.
Aurore Crosta, stagiaire à EBS

Mai 2019

Si vous êtes comme moi, vous aimez cette saison où les arbres se reverdissent, la nature respire, les oiseaux se remettent à chanter… Citadins, nous avons quand même besoin de cette nature qui nous revigore !

Elle me parle aussi chaque année d’espoir et de vie nouvelle. Après l’hiver, le printemps ; après la pluie, le soleil ; et après la mort… une renaissance ?

L’histoire de Pâques est l’histoire d’un renversement de situation absolument renversant. Jésus Christ meurt : humilié, tourné en dérision, brisé comme un pantin. Le “Messie” tant attendu, le voilà cloué au poteau comme un vulgaire mécréant. Puis le dimanche matin… les rencontres se succèdent, un rumeur fou se répand… une lueur commence à briller dans le coeur de ses disciples… à peine peuvent-ils croire cette bonne nouvelle ! Leur maître est réellement le Maître de la Vie ! Il se présente à eux sous une forme nouvelle, dans un corps immortel, et leur donne une espérance nouvelle.

C’est l’événement fondateur de la foi chrétienne. Si ce n’est pas une histoire véridique, autant fermer les portes de notre église et jouer au ping-pong. Si elle est vraie, elle change le cours de l’histoire. Et ton histoire personnelle aussi ?